HISTOIRE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Historiquement la zone est une partie boisé, qui a servi à la construction des barques et des bateaux de l’ile, d’où son non « Le port du bois ». Elles étaient riches d’arbres fruitiers jusqu’aux années 1970 avant les grandes sècheresses. L’exode rurale est la première cause de la dégradation de l’éco-système, s’ensuit les fléaux qui ont touché d’une façon général le pays, désertification, érosion, déficiences pluviales, et surtout le manque d’initiative pour valoriser les travaux agricoles et leurs débouchés.

Depuis les années 1990, de grands travaux ont été entrepris au Cap Vert pour préserver les écosystèmes et rénover les voies de communications.

L’accès à l’eau canalisée, la création d’un barrage à 5km de Porto Madeira, la mise en place de réservoirs et de systèmes de récupération des eaux de pluies, les techniques de goutte à goutte permettent déjà à la population de développer quelques produits agricoles (maïs, tabac, arachide, pomme de terre, poivron, courge).

Sur les coteaux qui représentent la totalité des sols de la parcelle initiale, les sols sont volcaniques, avec une roche mère affleurant, la terre arable ne dépassant pas les 40 cm. L’érosion est importante, et à la saison des pluies une grande partie est emportée dans des torrents de boues à la mer.

No Comments

Post a Comment