Porto Madeira février 2018 – Merci à Agrosemens

Désenchantement et tristesse profonde à mon arrivée le 6 février à Porto Madeira ! Pour les 10 ans de notre activité il était difficile d’imaginer pire situation. C’est un désert, plus une plantation, seuls quelques cajous arrivent encore à survivre à la sécheresse et surtout aux animaux qui sont lâchés sans contrôle de personne. Une sensation de fin du Monde et un sentiment d’avoir perdu une bataille.

De plus il est difficile d’incriminer qui que soit vu le niveau de sécheresse qui touche l’île, même le barrage est a sec !!! Les animaux arrivent de partout, bœufs, chèvres, ânes se disputent les ultimes pousses de verdure, même l’Aloé Vera est détruite !

Après avoir discuté avec les protagonistes de l’association, il s’avère que la distribution des terrains ne s’est pas faite, chacune revendiquant des parcelles qui ne leur étaient pas attribuées !!!

Jeudi 15 février il a plu toute la nuit et ce matin il continue à pleuvoir…. Une pluie qui malheureusement ne sert à rien puisqu’elle ne pénètre pas dans le sol, d’ailleurs quelques jours plus tard il n’y a aucune repousse !

Suite à une discussion avec Misa, qui a récupéré une quarantaine de caisse en bois du marché de Praia, nous décidons d’organiser un atelier, pour semer les graines que j’ai ramené de France grâce à un don d’une stagiaire* qui a du annuler sa formation pour un problème de santé . http://www.agrosemens.com/

Une équipe de vingt femmes travaillent au nettoyage de la route et du village de Porto Madeira. Elles sont payées 300$ (2,5€/h) et travaillent de 8 h à 11h, nous leurs proposons de préparer une caisse chacune avec distribution de semences pour faire un semis qui leurs permettra de replanter chez elles les plans qui auront germés. L’objectif étant de réaliser des « pieds mères » pour produire des graines avant la saison des pluies et avoir de quoi semer en Juillet !

Car il n’y a même plus de semences disponibles suite à la sécheresse.

Le 1er jour un vendredi, nous réalisons le fond des caisses avec un mélange de terre paille pour les rendre étanches et solides. Nous les laissons sécher pendant le week-end et le lundi nous préparons un mélange de composte végétal et animal avec de la terre. Nous faisons une petite tranchée de 2cm de profondeur pour mettre les graines de tomate espacés de 2 cm chacune. Puis une autre tranchée pour les carottes et les navets, enfin un petit trou au centre pour la graine de courgette.

Les caisses sont ensuite copieusement arrosées et stockée contre un mur à l’abri du vent.

4 jours plus tard les premières poussent apparaissent et en moins d’une semaine 98% des semences ont germées… Le lundi suivant nous avons redistribué les caisses aux femmes ayant la volonté de s’occuper des plantes et nous avons donné les autres caisses aux femmes de l’association pour quelles assurent une récolte de graines pour la prochaine saison.

Nous nous sommes rendu compte que toutes ces femmes ne savaient absolument pas préparer un sol pour planter et encore moins pour semer. Elles ne savaient pas que l’on pouvait planter pour récupérer des graines, et bien que traditionnellement ce soit le même principe qu’elles utilisent avec le mais et les haricots, elle n’imaginaient pas que se soit possible avec les autres plantes.

vidéo semences

Il apparaît nécessaire d’expliquer simplement les principes de base applicables aux plus grand nombres de plantes, sur les semences, récupération des graines, séchage et stockage, identification et distribution. La préparation des semis, terre paille, composte, et mini pépinière..

Un grand merci à l’équipe d’Agrosemens pour leur soutien:) et à la stagiaire* Mercédès NINN

No Comments

Post a Comment